Partir en voyage au Honduras

Pays laissé de côté par les touristes, le Honduras fait partie des pays les plus pauvres de l'Amérique Latine, alors qu'il possède une richesse incroyable de paysages et de culture. Ce contraste saisissant rend particulier tout voyage au Honduras. Dans sa région, on trouve l'une des plus grandes barrières de corail du monde, le long de l'archipel de la Bahia. Une faune et une flore uniques se développent dans ses flots. Elle est ainsi devenue l'un des lieux privilégiés pour la plongée sous-marine. Le Honduras est une terre propice au développement d'espèces endémiques. Elles sont alors protégées dans des parcs nationaux et des réserves naturelles. En montagne, en forêt ou au bord de rivières, sa nature est préservée pour empêcher toute modification humaine. Le pays est donc le terrain approprié pour des randonnées, des promenades à cheval ou à vélo, des sorties en canoë ou du rafting....Lire la suite

En savoir plus

Devise

Lempira

Temps de vol

14h

Décalage horaire

-6h

Il semble que nous ne puissions trouver ce que vous recherchez.

Un circuit sur mesure à la découverte de l’histoire du HondurasLe Honduras compte 8 millions d’habitants, dont certains vivent dans sa capitale, Tegucigalpa. Ici comme dans tout le pays, la langue officielle est l’espagnol. Nul besoin de maîtriser la langue pour découvrir cette ville ! Située à 1 000 mètres d’altitude, elle cache de nombreux secrets. Elle est construite en plein coeur d’une chaîne de montagnes, lui donnant des airs magiques. On doit son existence aux Espagnols venus coloniser la région pour son centre minier. L’un des monuments remarquables de la ville est la cathédrale érigée au XVIIIème siècle. Son architecture inclut une coupole et une décoration baroque. La visite est nécessaire afin de contempler les nombreuses oeuvres d’art qui décorent son intérieur.Autour de la capitale, d’autres monuments brillent pour leur importance historique. La ville coloniale Santa Lucia est un vrai labyrinthe à elle toute seule. Dotée d’un savant enchevêtrement de ruelles pavées, il est facile se perdre afin de mieux visiter le lieu. A 11 km de là, la Valle de Angelea est une ancienne ville construite au XVIème. Son économie reposait alors sur l’activité minière.Comayagua est l’ancienne capitale du Honduras. Encore aujourd’hui, les vestiges de cette période se ressentent dans ses rues. Le premier est sa magnifique cathédrale. Construite entre 1685 et 1715, elle possède l’une des plus anciennes horloges de la ville. Dans son musée colonial, le passé du Honduras se dévoile, grâce à une collection d’art religieux, retraçant quatre siècles d’histoire.A Copán Ruinas, un joli village aux rues pavées ouvre ses portes aux curieux. Ses bâtiments ont la particularité d’être tous blancs et de posséder un toit en tuiles rouges. A côté de lui, un site archéologique a été découvert. C’est à cet endroit que l’on peut voir les stèles de la Grande Plaza, une série de portraits des souverains, ainsi que l’escalier décoré de hiéroglyphes. Le site compte également une acropole, dotée de bas-reliefs aux effigies des rois de Copán.Un circuit sur mesure au coeur de la nature du HondurasSur les 112 000 km2 qui composent le Honduras, une grande diversité de paysages attend les voyageurs. Néanmoins, certains valent particulièrement le coup d’oeil, comme c’est le cas de l’ile El Tigre. Située dans le Golfe de Fonseca, elle compte deux petites plages et de nombreux sentiers pédestres. Cette île volcanique est l’endroit idéal pour se lancer dans une randonnée ou simplement pour découvrir le village de pêcheurs, Amapala. Coupée du monde, il faut prendre un ferry pour rejoindre l’île.Au coeur du Honduras se trouve le parc national marin de Punta Sal. Des forêts, des marécages, des récifs et un piton rocheux la composent. Tout cet ensemble est encore à l’état sauvage. Ici, personne n’est autorisé à y vivre, il faut donc penser à emporter des vivres. Pour rejoindre le parc, un grand parcours attend les visiteurs. Le bus, le camion, puis le bateau et enfin, la marche sont obligatoires.La visite du pays continue avec les Cayos Cochinos. Derrière ce nom se cache des îlots de sables. A une époque, ils étaient habités par les Mayas. Aujourd’hui, ils sont appartiennent à des particuliers. Il est donc nécessaire de demander l’autorisation aux propriétaires avant de venir camper sur leur plage. Les Cayos Cochinos sont situés à 17 km de La Ceiba.