Partir en voyage à El Salvador

Le Salvador (El Salvador ou République du Salvador) est un petit territoire plutôt méconnu et par conséquent, relativement exotique. Placé en pleine Amérique centrale, ce pays partage des frontières terrestres avec le Guatemala (au nord-ouest) et le Honduras (au nord et nord-est). D'une superficie menue, – quelques 21 000 km² –, le pays dispose d'une importante densité de population (plus de 300 habitants au km², pour près de 6,5 millions d'habitants en tout). Cette densité se retrouve dans les trésors du pays et dans l'effervescence toute intrinsèque à l'Amérique latine. C'est par sa nature et sa culture mariées que le pays séduit. Il peut, au choix, être représentatif d'une certaine perspective de l'Amérique centrale grâce à son extrême concentration de points d'intérêt et en même temps, proposer une relecture de cette région du monde....Lire la suite

En savoir plus

Devise

Dollar américain

Temps de vol

14h

Décalage horaire

-6h

Il semble que nous ne puissions trouver ce que vous recherchez.

Au Salvador, la langue parlée est l’espagnol, mais en raison d’une émigration assez forte vers les États-Unis, l’anglais est plutôt répandu. D’un point de vue pratique, les standards électriques exigent l’utilisation d’un adaptateur électrique pour du 110 V : les prises sont identiques à celles des États-Unis, mais la connexion à la terre reste souvent une option.La capitale, San Salvador, abrite environ 300 000 personnes. Il s’agit de la ville la plus peuplée du pays, suivie par Soyapango, Santa Ana, San Miguel et Mejicanos. D’autres villes profitent d’une démographie de plus de 100 000 habitants : Apopa, Delgado, Santa Tecla ou encore Ilopango. Cela impressionne pour un si petit territoire, comparativement plus réduit que la plupart des régions françaises. Afin de profiter au mieux du pays et d’organiser au mieux votre visite et votre voyage, l’intérêt du sur mesure et de l’autotour prend tout son sens.Ayant souffert de la guerre qui s’est terminée dans les années 90, le pays subit son explosion démographique des années 70, explosion démographique qui se régule tout à fait de nos jours. En résulte un pays en pleine reconstruction, qu’il est préférable de visiter selon un itinéraire et accompagné ou guidé afin d’en extraire la richesse.Les voyageurs qui s’attardent au Salvador sont peu nombreux : cela compense la densité de la population. Néanmoins, les points d’intérêt se séparent entre la ville, la nature et la culture qui s’est formée sur une histoire complexe, dont les empreintes sont à la fois millénaires et récentes.Le voyageur pourra s’attarder, à San Salvador, sur plusieurs bâtiments religieux : basilique du Sacré-Cœur, une cathédrale, diverses statues et fresques anciennes. Des œuvres d’art dédiées à la révolution jalonnent la ville. Il sera possible de visiter des musées variés, de contempler un village d’artistes à Santa Ana, d’admirer les reliefs et les courbes échancrées du paysage via des traversées en hélicoptère, de profiter des marchés colorés et bien d’autres activités encore. La ville de Suchitoto, plus petite, est prisée des touristes pour ses rues pavées, ses églises blanches, ses activités artistiques typiques.La nature s’inscrit dans la vie des habitants du pays : le pays compte plusieurs dizaines de volcans, les champs de canne à sucre s’étalent sur les dénivelés déchirés, entre les lacs des cratères et les cours d’eau qui sinuent et chutent inlassablement. Par ailleurs, afin de profiter de la nature comme il se doit, le mois de janvier est tout à fait désigné : c’est le mois de floraison du maquilishuat, l’arbre national qui se sature d’un rose appuyé, et qui grandit de bords de l’océan jusqu’à près de 1200 mètres d’altitude. Par ailleurs, la République du Salvador est une destination idéale pour les amateurs de sports aquatiques ou simplement pour ceux qui veulent profiter de l’océan Pacifique, que le pays sait border de belles plages. De novembre à avril, hors de la saison des pluies, la température de l’eau oscille entre 25° et 30° Celsius.L’histoire n’est pas oubliée, dans ce pays, et, en plus des vestiges des anciennes cités aux influences mayas, il est possible de profiter d’un site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO : la Joya de Cerén est une cité maya qui a été recouverte par les cendres d’un volcan proche, au VIème siècle et les ruines de cette Pompéi d’Amérique sont étonnamment bien conservées.. La culture historique se retrouve également dans la cuisine, goûteuse, qui mélange l’art culinaire hispanique aux très anciennes gastronomies précolombiennes.Un circuit au Salvador, grâce à nos conseils, sera souvent à l’image du pays, c’est-à-dire à la fois modeste et intense, ancien et agité, simple et surprenant.